Chaque fois que nous rencontrons une entreprise, son souci se porte immédiatement sur le marquage du matériel : allons-nous pouvoir marquer durablement notre matériel et assurer efficacement sa traçabilité ? des conditions d’utilisation difficiles sont-elles compatibles avec l’étiquetage de notre parc de matériel ? allons-nous pouvoir mettre en place une gestion vraiment efficace à la fois de notre outillage et des petites pièces que nous utilisons ?

Il est vrai que chez nos clients, les pièces à tracer sont de tailles et d’utilisation très différentes.
Sur les chantiers, le matériel est soumis à rude épreuve, les conditions de travail sont parfois extrêmes (chocs, eau, boue, agressions de produits extérieurs…) et le matériel souffre.

Dans un atelier ou dans un véhicule, le rangement n’est pas toujours très ordonné et les équipes passent un temps fou à chercher leurs outils. Si le matériel effectue des rotations fréquentes entre les utilisateurs ou entre différents sites, son identification et sa traçabilité se compliquent encore.

Dès le départ, le marquage du matériel doit être bien pensé pour intégrer tous ces paramètres : environnement de travail, conditions d’utilisation, impact d’agents extérieurs et degré d’agressivité, soumission aux chocs, degré de manipulation et de rotation…

Mais quelles que soient ces conditions, il faut savoir qu’il existe toujours une solution et qu’il est important de faire le bon choix avant de se lancer.

Par exemple, une étiquette avec un code à barres ou un QR code sera bien adaptée et économique pour le suivi du petit matériel par scan ou par douchette. Néanmoins, une étiquette classique avec un code à barres ou un QR code pourra être durcie pour plus de résistance. Pour les outillages et matériels les plus malmenés, comme dans le secteur du BTP, il existe des QR Codes métalliques sous forme de plaques et de médaillons qui offrent un fonctionnement optimal malgré les contraintes d’usage sévères.

Les tags RFID permettent également l’identification d’un outil ou d’un matériel. Ils sont généralement utilisés sur les matériels les plus malmenés. Ils peuvent être collés, rivetés ou encore insérés à même le métal puis protégés par une couche de résine. Ils permettent une identification rapide et sûre de l’outil, même lorsque celui est couvert de boue ou de poussière. Par ailleurs, ils sont très robustes aux chocs. L’usage de tags RFID autorise la lecture simultanée de plusieurs matériels et facilite ainsi la réalisation d’inventaire.

Enfin, un tracker GPS conviendra bien aux véhicules, engins de chantier et au gros matériel coûteux qui nécessitent une géolocalisation en temps réel et une cartographie de situation immédiate des équipements. Ces trackers étanches et robustes peuvent être utilisés en complément de tags pour géolocaliser un matériel en rotation permanente.

 

 

 

 

 

 

 

 

N’hésitez pas à nous contacter, nous sommes indépendants de tout fournisseur de matériel.


Notre solution est simple et très efficace.

Nous saurons vous conseiller au mieux et vous éviter bien des erreurs